mercredi 15 août 2012

Quand la mouette se languit, le vide ne se déplace plus

Je voulais être fair-play mais là, c'est vraiment n'importe quoi...
Que ce Monsieur se proclame arbitre du style, qu'il se prenne pour un écrivain de talent, après tout, c'est son droit. On ne va pas décourager les aspirations littéraires. Si ça le rend heureux...
Qu'il déniche les coquilles des autres, c'est mesquin mais ça l'occupe.
Ben oui, il faut avoir le temps de se relire intégralement, ne pas avoir une vie bien remplie...n'avoir que ça à faire, en fait.
Nul n'est à l'abri d'une coquille: le cordonnier est souvent le plus mal chaussé.

Mais quand je lis ce "genre" de style:

 "les moineaux sur les trottoirs ont des langueurs de mouettes"

Tout le monde connait bien le caractère statique et peu tonique de la mouette, c'est évident, surtout pour ceux qui vivent à proximité des étendues d'eaux...Une mouette, cela a donc le comportement du paresseux...
Que penser donc de tous ceux qui se plaignent du caractère bruyant, agressif et intrusif des mouettes? Ce seraient donc tous des mythomanes? Bien sûr puisque le grand DG nous illumine de sa sagesse!
Oh, même Dysney est un menteur...

Puis quand on remarque ça:

Soudain, dans cette vacuité verticale et immobile, surgissent trois touristes japonais ; ils traversent lentement(...)

Soudain! Il y a de l'action! attention! On voit des touristes japonais, aie aie aie!
Meu non...Soudain, ils traversent lentement...Mais avant, ils ont surgi...soudain...quelle agressivité! Mais dans la lenteur, attention...
Surtout qu'ils étaient dans une vacuité immobile!
Vous avez bien lu, une vacuité immobile!
C'est plus des oxymores, là, c'est du cubisme de la littérature néo-réac...
Je sais pas franchement ce qu'un bon professeur de français en penserait...
Mort de rire ou consterné?

Serait-ce un cancre refoulé qui se venge quand il se prend pour la Pravda des "modernoeuds"

On va pas revenir sur la vacuité immobile...Ah, et puis si!

La vacuité est un terme qui signifie vide au sens propre, quand il s'agit de déterminer un état: la vacuité d'un estomac, par exemple.
Je ne vois pas où est la notion de mobilité là dedans...ou d'immobilité, d'ailleurs...
La vacuité au sens figuré s'utilise pour qualifier une pensée, une réflexion, un intellect...
Un espace vide est forcément sans mouvement...Le beau pléonasme...et en plus il est vertical...le vide...la vacuité...on ne sait plus...zut, trop de talent à la fois nous submerge...je plaisante!

Notez, je n'ai rien contre les créations littéraires et les audaces dans la littérature moderne.  C'est mignon...
En fait, un peu attendrissant...
Sauf quand le type en question passe son temps à se ficher de ta manière d'écrire...
C'est clair qu'à ce stade, c'est plus une poutre, qu'il a dans l'oeil, ce brave monsieur, c'est un building!
Et cela en devient ridicule, redondant, prétentieux.
Mais ça, vous l'avez déjà remarqué(!)....
 
 
 

3 commentaires:

  1. Arrête donc de répondre à c't'andouille !

    RépondreSupprimer
  2. Qu'avez-vous donc fait à notre Didier national pour l'énerver pareillement ? Peu de gens ont eu ce privilège.

    RépondreSupprimer
  3. Bonjour,
    1-j'ai vu clair dans son jeu
    2-je vois exactement ses failles
    3-cette personne ne supporte pas l'intelligence, surtout chez une femme
    4-je ne suis pas dans le cliché antiraciste ordinaire
    5-je lui dénie toute ascendance sur moi, qu'il n'a aucunement
    6-je lui ai proposé une rencontre dans un café pour voir s'il était toujours capable de dire les mêmes horreurs en face de moi et il a fui la proposition

    Par contre, il y a chez lui et d'autres une espèce de fascination-répulsion qui m'étonne réellement, quand je n'aime pas un truc à ce point, je ne passe pas mon temps à venir fouiner dedans sans rater un billet

    Cordialement

    RépondreSupprimer