lundi 16 juillet 2012

Une fois n'est pas coutume

Le texte qui suit est issu des commentaires de Rosaelle.
Ne vous méprenez pas.
C'est une critique de l'idolâtrie dont certains de nous, qui soutenons la politique du gouvernement, sommes suspectés.
C'est une critique et une ironie de l'attitude de personnes dont moi, qui pensons que seuls la coopération et le changement d'attitude avec nos partenaires mondiaux pourront nous sortir de la crise. C'est en fait une belle moquerie, dont, je pense, est bien satisfait l'auteur.
Mais elle me plait et m'a faite rire.
Je la trouve bien vue, nonobstant le fait qu'un "réac" comme lui a du, de manière très ironique, faire l'apologie de Hollande et du multiculturalisme.
Pourquoi?
Parce que c'est bien fait, bien écrit, bien envoyé.
Et que je ne critique pas, pour le plaisir de critiquer, parce que je n'aime pas la personne.
Si le commentaire qu'on m'écrit est bien fait, intelligent, je n'ai aucune raison de ne pas le reconnaître, sans ironie, sans arrière-pensée calculatrice.
Donc bravo à Jacques Etienne, une fois n'est pas coutume.

En 2022 le Présidentissime Hollande avait terminé le deuxième de ses mandats français durant lesquels il avait ouvert notre pays et en avait fait la première puissance mondiale grâce à ses réformes justes.
La mesure d'interdiction du commerce avec Israël avait permis à notre pays de voir son industrie moribonde se relever et conquérir tant de parts de marché qu'il avait fallu relocaliser à tour de bras et faire venir d'Afrique des millions de chercheurs ultra-qualifiés pour assurer le développement de ses secteurs de pointe. Cela avait, dans un premier temps, hissé notre pays à la première place mondiale.
Contrairement aux précédents leaders économiques mondiaux, la France n'avait pas mis sa puissance au service d'une domination égoïste mais fait bénéficier tous les pays du monde de ses savoir-faire avec pour conséquence la disparition des inégalités économiques sur l’ensemble de la planète. Car si la France était demeurée le leader, ce n'était pas en termes de PIB par habitant mais par son indéniable avance morale.

Suivant son exemple, la planète entière s'était convertie bien vite au multiculturalisme. Ainsi avait-on vu suite à la séance extraordinaire de la Knesset où les députés, revenus de leurs erreurs, votèrent à l'unanimité la dissolution de l'état d’Israël et la dispersion de son peuple, les Palestiniens les supplier de rester. Au nom de la diversité, il était essentiel qu’ils participassent à l'émergence d'une Grande Palestine où chacun, suivant le droit qu'à tout homme de s'installer où il le désire tout en conservant sa culture, pourrait participer au développement moral du pays. Il va sans dire que M. Hollande n'était pas pour rien dans cette avancée.

A la fin de son deuxième mandat français, M. Hollande avait été élu à l’unanimité au poste de Présidentissime Mondial. L’ensemble des nations avait souhaité qu’un tel poste fût créé afin que cet homme d’élite puisse les faire bénéficier de ses conseils. Fonction plus honorifique qu’exécutive dont M. Hollande s’acquitta avec autant de talent que d’efficacité tant il sut sagement inspirer les décisions du Parlement Mondial dont le rôle est, ne l’oublions pas, de prendre les mesures aptes à établir, consolider et augmenter le bonheur universel.

2 commentaires:

  1. Réponses
    1. C'est un de ceux qui se dit de droite et réac.
      Je t'expliquerai en privé si tu veux, un peu compliqué, il a écrit ça en pensant me casser les pieds mais ça m'a fait rire...

      Supprimer