lundi 18 juin 2012

Un grammairien?

Dans un article très agressif de Jacques Etienne(encore lui) , il faut croire que mes petites oeuvres font mouche, ce qui est d'ailleurs très amusant, pas malin mais ça m'a fait rire et juste avant le retour au travail ça décontracte, bref, dans cet article,  j'ai déniché ça, entre autres, parlant de moi:

elle débitait des insanités de type gauchisant avec la tranquille assurance de qui tient la juxtaposition de phrases dénuées de sens pour le summum du style. La dame tient blog...


Il a oublié les virgules du coup...Je lui reprochais hier de trop en mettre...lol...
On commence à lire la phrase avec curiosité puis c'est tellement confus qu'on a oublié le début et le sens...
Conseil numéro 2, le premier c'était hier,  il ne faut pas confondre l'écriture qu'on élabore avec la lecture que les autres en ont.
Phrase que nous avons dite ce matin à notre fils qui passe bientôt son bac de français et d'histoire.
Il n'est jamais trop tard pour apprendre.


Vu que Jacques Etienne se dit grammairien de formation, et que j'en doute sérieusement, je lui suggère donc de me donner en privé par commentaire, que je m'engage à ne pas publier et à effacer sitôt que je n'en aurai plus besoin, toutes ses coordonnées afin de vérifier ses allégations.
Nous verrons bien.

18 commentaires:

  1. Je crains que vous n'ayez raison.
    J'ai bien lu le blog de Jacques Etienne. Il y raconte sa vie avec une complaisance indécente. Ce blogueur, qui écrit des phrases tarabiscotées, incompréhensibles, n'est pas grammairien de formation. C'est un ancien camelot, une espèce de routard qui a erré d'un pays à l'autre, d'un petit boulot à l'autre, et qui, grâce à la charité d'un chef d'établissement très malade (en fin de vie pour tout avouer) a occupé pendant quelques mois un poste d'accompagnateur technique dans des classes préparatoires à l'apprentissage pour occuper jusqu'à leurs seize ans des élèves en grand échec scolaire.
    Ce n'est pas beau de dénoncer un blogopote, je le sais bien, mais le temps des copinages apolitiques est révolu, il faut choisir son camp, et, pour lutter contre le racisme, le fascisme, la xénophobie, l'islamophobie, l'Eglise du Pape, l'économie néolibérale, les frontières, le massacre de la planète et de ses ressources naturelles par les moisis de la blogosphère, et il faut rendre à ces gens là la monnaie cliquetante de leur pièce nauséabonde.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. A quel jeu jouez-vous, Suzanne?
      Parce que j'ai du mal à vous comprendre, vous allez régulièrement sur ces blogs, d'ailleurs, vous m'avez conseillé par commentaire interposé, sur l'article qui m'est consacré intitulé "gentiment": folle, soûle idiote ou les trois à la fois... d'aller sur le site de "gauche de combat", il me semble...
      Quel intérêt à me dire cela, quand vous adorez discuter avec ce genre de personne?
      Je modère les commentaires parce que les trolls ont la fâcheuse manie de vous insulter et d'être grossier quand ils ne sont pas d'accord avec vous, à bout d'arguments.
      J'y suis donc obligée mais je laisse quand même des personnes me manquer de respect sur mon site, mais ma réponse est à la hauteur de leur respect, voire plus respectueuse qu'ils ne le sont.
      Je n'énonce jamais des vérités générales à leur encontre: je constate, c'est tout, au contraire de "vos amis".
      Vous aimez vous moquer, puisque vous m'aviez traité d'écossaise, de fake etc...sur l'article de Didier Goux qui m'était consacré.
      A quel jeu jouez-vous donc?

      Supprimer
  2. Ah, zut, je viens d'écrire sur le blog de Jacques Etienne que vous ne publieriez point mon commentaire.

    Rosa Elle: je fais semblant de dénoncer Jacques Etienne, mais en vrai je ne le dénonce pas, j'invente des trucs, je ne connais rien de sa vie.
    En clair, je me moque du fait que vous lui demandiez de PROUVER qu'il est grammairien. Je trouve ça très bête suspicieux, mesquin. Il n'a rien à prouver. Il y a sur le Net des professeurs de français qui ont une orthographe misérable et un style atroce, en plus. Ce que vous écrivez au sujet de ses faiblesses grammaticales est ridicule.

    C'était un commentaire ironique.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Évidemment c'était ironique.
      Vous, par contre...
      Savez-vous ce qu'est un grammairien, au moins?
      En tout cas, nullement un professeur de français comme on l'entend.
      C'est un spécialiste de la grammaire et un linguiste qui enseigne seulement au niveau faculté. Il a donc une maîtrise parfaite de la langue.
      Quand on prétend, il faut assumer derrière.
      C'est curieux vu votre commentaire que vous parliez de mesquineries...
      Moi je m'amuse, je ne me prend pas au sérieux. Mais ce n'est pas parce que j'ai l'air "gentille" qu'il faut me marcher dessus, ce n'est pas parce que j'utilise un français très moderne et ludique que je n'ai pas un certain niveau d'études.
      Nuances

      Supprimer
  3. Et oui, allez sur le site de Gauche de combat, vous avez des tas de points communs, vous verrez.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le problème c'est vu comment vous ne semblez pas me connaître ou ne voulez me connaître, je doute de la pertinence de vos conseils...
      Et je fais ce que je veux!
      Est-ce que je vous donne des conseils sur qui vous devriez fréquenter, moi?

      Supprimer
  4. "Le problème c'est vu comment vous ne semblez pas me connaître"

    On connait un blogueur en lisant son blog. On juge de sa maîtrise de la langue d'après ce qu'on a sous les yeux. "un français très moderne et ludique"... C'est à vos lecteurs d'apprécier. Pour l'instant, vous fichez la trouille à d'éventuels commentateurs.
    Qu'est-ce que vous êtes méfiante ! Je vous conseille d'aller voir un blog qui a beaucoup de points communs avec le vôtre, et vous me la jouez "et si c'était un blog empoisonné ?" eh, on est sur le Net ! Quant au fait que "je commente sur leurs blogs" (ceux de la moisisphère, je présume), je confirme vigoureusement, j'opine, j'assume, je revendique à donf : vive la liberté !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Non, vous ne connaissez que ce que je veux bien exprimer.
      Et je suis désolée pour vous, j'ai toujours détesté qu'on m'impose ce que je devrais faire: vive la liberté!
      une chose est sûre: il est très dur de me manipuler (petit scoop sur moi) au contraire de beaucoup de personnes qui se retrouvent sur la moisisphère. On vous balade et vous ne voyez rien.
      Réfléchissez à ça, cela vous occupera un peu, si vous y arrivez.
      Pour le français moderne, je sais comment je construis mes phrases.

      Pour le côté ludique, ceux qui ne sont pas des trolls me le disent assez.

      désolée sincèrement de ne pas correspondre à votre idéal de blog, en fait non.

      Supprimer
    2. En gros, vous êtes d'un coincé sous vos dehors contestateurs, vous êtes d'une banalité!
      Excusez-moi, mais moi,je suis très franche.

      Encore une fois,je dis ce que je pense, pas la réalité.
      Je suis sûre que vous êtes charmante en apparence dans la vraie vie, comme beaucoup d'entre vous, vous composez dans le réel tandis que vous vous lâchez sur le web

      Supprimer
  5. Rosaelle: vous avez envie qu'on vous lise, qu'on vous connaisse et reconnaisse, qu'on vienne vous commenter, qu'on vous contredise poliment, envie d'avoir un blog fréquenté par beaucoup de gens divers, vous voulez convaincre, éduquer, prosélyter, faire réfléchir, et tout et tout, rien qu'avec votre charmante personnalité comme fond de commerce ?

    Vous vous y prenez bien mal. Vous me faites penser à une blogueuse écrivain, dont les billets étaient presque toujours très intéressants, sujets à discussion en tout cas, mais qui était d'une férocité maligne avec ses commentateurs, qu'elle allait titiller sur leur blog alors que sur le sien elle modérait caviardait les commentaires, ridiculisait ses interlocuteurs sans les laisser répondre. Elle blogue toute seule dans son coin maintenant.


    Mettez vous en valeur et envoyez-vous des roses tant que vous voulez... Je ne vous trollerai pas davantage (smiley)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. je n'ai pas envie qu'on me reconnaisse.
      Je m'en fiche.
      Du reste, ce sont mes idées qui posent problème pour vous.
      Soyez polie et agréable avec moi devant comme derrière, et je serai de même.
      Par contre, je ne viens jamais sur votre blog vous titiller comme vous dites.
      Vous, par contre, vous cherchez la reconnaissance, c'est sûr au point d'aimer les doubles jeu au point que j'ai mis du temps à vous cerner.
      Encore une fois je peux me tromper, contrairement à vous, je n'ai jamais d'opinion arrêtée et définitive.
      La faculté d'adaptation, l'intelligence.

      Supprimer
  6. "Je suis sûre que vous êtes charmante en apparence
    vous êtes d'un coincé
    vous êtes d'une banalité!"

    Ouaouh, les vacheries!

    Bonne continuation, hein !!!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je parlais de vos idées: vous pensez être "originale" mais au fond vous êtes très conventionnelle mais c'est peut-être une fausse impression.
      Je dis ce que je pense mais contrairement à vos amis, j'envisage aussi de me tromper sur les gens mais je constate au vu de ce qu'on me montre.

      Vous dites tous que vous ne reviendrez pas.
      faites ce que vous voulez.
      Mais vous revenez toujours.

      Mais franchement, je dois chez moi, sous peine d'être une moins que rien accepter de me faire insulter et manquer de respect?
      C'est ça, pour vous, être un bon blog?
      Et comme je le disais, moi quand on traite l'autre de "gentil" comme vos amis l'ont faits pour une certaine personne, je sais exactement ce que ça engage comme vacherie.
      A bon entendeur

      Supprimer
  7. Je ne parle pas en lieu et place de Suzanne, mais le réactionnaire - ou le conservateur - ne cherche pas à être original, a contrario du progressiste lambda. Pourquoi ? C'est assez simple. Ne vouant pas de culte à l'horizontalité, il ne se demande pas ce que ses contemporains vont bien pouvoir penser, il s’interrogera sur ce que penseraient ses ancêtres et s’intéressera au jugement de ses enfants. Etre conventionnel n'est pas un reproche, bien au contraire. Nous avons l'amour des conventions, des usages, de la tradition. Nous pensons qu'elles sont supérieures à toutes les créations sociétales artificielles censées constituer un progrès, en ce qu'elles ont contribué à façonner une société humaine qui a fonctionné harmonieusement à travers les siècles. Oui, conventionnels car prudents, refusant l'aventure de l'ingénierie sociale.

    Ce qui, à mon sens, contribue le mieux à définir ce qu’est le conservatisme, c’est la modestie et la modération. Modestie, parce qu’il ne se donne pas pour but de créer un homme nouveau, de changer la société, il recherche simplement l’harmonie. Modération, en ce qu’il va prendre le temps de réfléchir plutôt que de céder aux marottes, même les plus idiotes, de l’instant. Il oppose la stabilité à l’aventurisme et la tradition au progressisme. Le changement n’est pas à proprement parler une mauvaise chose, mais à condition d’être mûrement réfléchi et de s’inscrire dans une continuité. Contrairement à ce que certains voudraient bien faire croire, le conservatisme n’est pas une idéologie, il n’a pas de projet politique particulier. C’est un mode de pensée, une manière d’appréhender le monde, de prendre du recul par rapport à la société dans laquelle nous vivons. D’une certaine manière il est la conscience que l’homme civilisé a de son mode d’être. En cela, il s’oppose à la barbarie fanatique révolutionnaire nourrie au sein de la philosophie des soi-disant Lumières.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est en effet une réponse argumentée, et qui a le mérite de respecter son interlocuteur.
      Pour moi, Les Lumières sont un héritage du passé très respectable, donc tout est relatif, non?

      Supprimer
    2. Bonjour Rosa,

      Je suis simplement du passage mais je vais m'attarder plus longuement ici...

      J'ai juste une réflexion concernant "les lumières", dont tous les gens de gauche se revendique : c'est aussi l'époque des écrits les plus racistes et les plus xénophobes de France je suis donc toujours amusé de lire de la part de degôches leur amour pour "les lumières"...

      Supprimer
    3. Bonjour, remettez les choses dans le contexte, s'il vous plait, ce serait bien.
      Merci

      Supprimer
  8. Pour ce qui me concerne, je ne tiens pas les lumières en haute estime, bien au contraire. Elles ont amplifié un mouvement né à la Renaissance avec la Réforme. Je tiens leurs principes pour nuisibles et lorsque je considère l'état de notre société, je ne pense pas être dans l'erreur.

    RépondreSupprimer